Art africain contemporain en 20 points clés

Intention: entre le répertoriage d’évènements, de grandes figures et de lieux, et autres interrogations je tente d’apporter des éclaircissement aux personnes pour lesquelles la notion d’art africain contemporain semble floue

AfricanStories_Magnin_Moke

Couverture du catalogue African Stories © Magnin-A avec Moke, Sapeur, 2000.

1. Dans l’inconscient collectif l’art dit africain ne se réduit qu’aux masques, et autres artefacts des différentes régions de l’Afrique, sans prendre en compte la création contemporaine. – (1)

2. Les artistes modernes sont identifiés comme les 1ers collectionneurs d’artefacts africains par l’histoire de l’art. Les Fauves ( Vlaminck,Derain, Matisse) font la “découverte” historique de “l’art nègre”, en 1905-1906. “C’est aussi beau que la Vénus de Milo” s’est écrié son ami André Derain lorsqu’il [Maurice de Vlaminck] les [trois statuettes]  lui montra. (note 1) – (2)

3. Le Musée ethnographique du Trocadéro ( avec les collections du Dr Hamy, qui le fonde en 1878), le Vieux Rouet et la boutique du père Heymann surnommé le “négrier de la rue de Rennes” sont des vitrines parisiennes de l’art nègre au début du 20ème siècle. -(4)

4. En 1907, Les Demoiselles d’Avignon de Pablo Picasso bousculent la tradition picturale moderne. L’artiste désigne son oeuvre de “première toile d’exorcisme”. Picasso qualifiait les artefacts africains de “fétiches”. Sa première visite au Musée du Trocadéro fut bouleversante. L’artiste Amedeo Modigliani subit également un “envoûtement” par les arts nègres. – (5)

5.  La crise de 1930 pousse les collectionneurs et autres amateurs d’art à délaisser  la peinture moderne pour les arts primitifs. – (7)

6. Charles Ratton est un marchand d’art français qui a contribué à changer le regard sur l’art dit nègre durant le 20ème siècle. – (8)

7Congo Far West  signe la collaboration entre l’écrivain Patrick Mudekereza, le photographe Sammy Baloji et le MRAC (Musée royal de l’Afrique centrale, Tervueren, Belgique). Le temps de deux résidences, Patrick Mudekereza et Sammy Baloji investissent les réserves du MRAC afin de produire un dialogue entre passé et présent, entre colonialisme et post-colonialisme, entre mémoire et histoire. – (11)

8. La mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti rapportera en 1933 3500 objets ethnographiques, 6000 photographies ainsi que 200 enregistrements sonores. Macel Griaule était à la tête de cette expédition qui quitta Paris le 10 mai 1931, comptant dans ses rangs le poète Michel Leiris, qui sera l’auteur de l’Afrique fantôme (1934). – (13)

9. Dans Les Statues Meurent Aussi (1953) Alain Resnais et Chris Marker dénoncent le manque de considération pour l’art des régions africaines et s’interrogent sur le fait qu’ils ne soient pas reconnus et érigés au même rang que l’art grec et égyptien par les autorités culturelles françaises.  Le film restera censuré pendant jusqu’en 1961. – (14)

10. En 1984, le MOMA de New-York présentait l’exposition Primitivism in Twentieth Century Art: Affinity of the Tribal and the Modern, met en dialogue 200 masques, sculptures et autres artifacts originates du continent africain, d’Océanie et d’Amérique du Nord, avec 150 oeuvres d’artistes modernes  (Brancusi, Picasso, Paul Klee..). Les commissaires de l’exposition William Rubin et Kirk Varnedoe rejettent l’idée que l’objectif de leur exposition soit la mise en évidence d’influences directes d’oeuvres tribales sur des oeuvres modernes. – (15)

11. L’exposition Magiciens de la Terre (1989) signe l’ouverture du marché de l’art contemporain international aux artistes extra-occidentaux. – (17)

12.  La  CAAC (Contemporary African Art Collection) de Jean Pigozzi est la plus grande collection d’art africain contemporain. Jean Pigozzi, aidé d’André Magnin débute sa collection dès le début des années 1990. – (19)

13. Joseph Murumbi (de son vrai nom Joseph Anthony Zuzurate) est une figure importante dans le domaine culturel kenyan. Tour à tour homme politique et de culture, et rouage indispensable dans le processus d’indépendance du Kenya aux côtés de Jomo Kenyatta, il fut le plus grand collectionneur sub-saharien d’arts africains. La colossale Murumbi African Heritage Collection compte des artefacts, des livres, des timbres,des bijoux, des textiles, des vêtements, des documents, des armes et de l’artisanat. – (20)

14. La biennale de Dakar,  Dak’art est un grand rendez-vous de la création contemporaine sur le continent africain. La première édition est en 1990. – (22)

15. 75 sculptures monumentales d’Ousmane Sow investissaient le pont des arts, Paris au printemps 1999. Béatrice Soulé produit cette exposition qui attirera pas moins de 3 millions de visiteurs. – (24)

16. Okwui Enwezor est le directeur de la prochaine édition biennale de Venise 2015. Historien de l’art, il est le directeur de la Haus der Kunst à Munich et le fondateur de la revue Nka?: Journal of Contemporary Art. – (32)

17. La 10ème  édition des Rencontres de Bamako aura lieu du 31 octobre au 31 décembre 2015 après 2 ans d’interruption: la biennale africaine de la photographie n’avait pas eu lieu en 2013, à cause des événements dans le Nord du Mali. (36)

18. Les artistes sud-africains Marlène Dumas,  Guy Tillim, William Kentdrige, Pieter Hugo ou encore David Goldbatt entre autres questionnent le concept d’africanité : ils sont blancs, nés en Afrique du Sud mais ne sont pas vus comme africains à part entière. (40)

19. Le photographe Edson Chagas remportait le Lion d’Or au Pavillon de l’Angola lors de la 55ème édition de la Biennale de Venise (2013) avec “Luanda Encyclopedic City”. (81)

20. L’art contemporain n’est-il qu’une notion occidentale ? s’interrogeaient Catherine David, Hassan Hajjaj, Zahia Rahmani et Véronique Rieffel le 10 mai 2011 à l’Institut des Cultures d’Islam, Paris. (98)

 

(note 1L’aventure de l’art au XXème siècle, Editions du Chêne, 1999  (p.65)

Tiré de L’art africain contemporain pour les nuls en 100 points clés du blog african links

Leave a reply

Theme developed by TouchSize - Premium WordPress Themes and Websites