Andrew Putman, les Dogon du Mali et «La vie en Rose» sont quelques-unes des inspirations de cette dernière collection Laëtitia Kandolo, Collection N ° 1 d’Uchawi.

La designer et styliste qui n’est pas étrangère au monde de la mode, a commencé à seulement 19 ans et a déjà travaillé avec des personnalités connues comme Rihanna, Madonna et Lady Gaga pour n’en nommer que quelques-uns.

Sa dernière collection s’articule autour de l’idée d’une femme indépendante des temps moderne, qui dévoile une certaine douceur, croit en l’amour et protège son intimité.

Nous nous sommes assis avec le cerveau derrière cette marque « Made in Congo », pour en savoir plus sur son inspiration, ses routines quotidiennes et découvrir pourquoi elle fait ce qu’elle fait!

 

Laëtitia Kandolo - Founder & Designer at Uchawi World

Laëtitia Kandolo – Founder & Designer at Uchawi World

Bonjour Laëtitia! Merci de prendre le temps de faire cette interview avec nous! Nous en sommes ravis ! Quand on te demande «Que fais-tu?», Que réponds tu généralement ? 

Que je suis une boîte à idées, avec des idées créatives et novatrices. La plupart du temps, personne ne comprends à quoi je fais allusion …

 

Comment es-tu devenue styliste?

Ce n’était pas vraiment ce que je voulais faire au début, mais après un stage dans un bureau de presse, j’ai rencontré beaucoup de stylistes. En parlant avec eux et en les voyant choisir des vêtements pour construire des histoires ça m’a donné le sentiment que je pourrais avoir besoin faire quelque chose de plus «créatif» sur le plan du travail. C’est là que j’ai rencontré Sarah Diouf de Ghubar & Mario Faundez (il travaillait pour WAD Magazine à l’époque), qui étaient mes premiers «mentors».

Uchawi signifie ‘Magique’ en Swahili. Quelle était l’inspiration derrière le nom?

Le nom est inspiré d’une époque de ma vie personnelle. Chaque fois que je pensais que je ne pouvais pas faire quelque chose, quelque chose de magique arrivait toujours. On a l’habitude de m’appeller tout paniqué, pour me dire quelque chose comme : « nous avons besoin de ta magie! ». Je suis vraiment reconnaissante de mon parcours [jusqu’à présent]. J’ai pu travailler avec des personnes importantes et j’ai été impliqué dans de grands projets … d’une certaine manière, c’était magique.

Je veux montrer aux gens comment vivre leur vie avec un peu de magie et combien il est possible de rêver à travers Uchawi.

Lorsque tu prépares une nouvelle collection, Quel est ton processus créatif ?

Je n’ai pas de «processus». Je lis, je regarde des films, des émissions de télévision, je vais à des expositions; La musique aide beaucoup. Je Rencontre de nouvelles personnes, je les observe dans la rue et parler avec elles m’aide beaucoup parce que je ne crée pas pour être comprise, mais pour mieux comprendre, c’est plus comme une étude. Certaines choses vont retenir mon attention plus que d’autres, jusqu’à ce que j’obtienne une véritable «humeur» de suivre.

Quelles sont tes influences ?

Vous! Les membres de ma famille, des inconnus, la nourriture … tout.

Y at-il des designers de notre generation, dont tu admires le travail ? Si oui, lesquels?

Alexander Wang et Muccia Prada. Si je pouvais, je porterais leurs créations tous les jours. J’aime la façon dont ils sont capables de se renouveler collection après collection sans perdre l’essence de la marque; Ils ont un modèle étonnant d’affaires de famille et le plus important, c’est wearable ! ( #portable) J’aime ça!! Je pense que beaucoup de designers africains d’aujourd’hui font de grandes choses, mais c’est pour beaucoup des tenues d’occasions et non des basiques que l’on peut porter tous les jours. La simplicité est mon mot moteur!

Quel est le seul endroit au Congo que tu recommanderais fortement de visiter ?

Un endroit que je n’ai jamais visité moi-même pour le moment, mais je le ferai! C’est à l’Est du pays, où il y a des lacs et des volcans. Nous avons également l’un des premiers parcs nationaux dans l’Est ; Virunga.

Kiev est également un endroit, qui semble incroyable, et est si paisible malgré un passé lourd. Vous pouvez aussi faire du ski là-bas car il ya de la neige sur les montagnes! C’est fou comment un pays peut être aussi riche et si peu connu de tous.

Une journée typique dans la vie de Laëtitia ressemble à quoi ? 

Une journée Folle ! Rien de typique. Je me réveille habituellement à 9h30 (sachant que je me couche vers 3h ou 4 du matin). Je fais du shopping pour toutes sortes de choses pour des clients, je cours de showroom en showroom à la recherche de nouveaux designers, de nouvelles idées et c’est ainsi tous les jours. Je mange beaucoup debout. Je ne mange pas au petit déjeuner et je lave mes vêtements la nuit. Vous voyez, ma vie n’est pas saine du tout. Je fais ce que les gens «normaux» font tous les jours, la nuit; Un peu comme un Vampire.

Tu as précédemment travaillé pour Ghubar Magazine en tant que rédactrice mode. Parle-nous un peu de cette expérience  ! 

C’était en fait ma première expérience pour un magazine. J’ai commencé comme l’assistante de Sarah’s (Diouf) et j’ai finis styliste. Je pense que c’était probablement le moment où mon œil a changé! J’ai littéralement appris comment construire mon image là-bas. J’ai eu mon premier shoot là-bas, j’ai appris beaucoup de choses sur le langage de la photographie et le pouvoir des vêtements dans le storytelling d’un editorial. Je pense que la principale chose est simplement que j’ai pu rêver et surtout j’ai banni le mot «Impossible».

Dirais-tu que ton travail est autobiographique? Penses-tu que ton histoire personnelle à un impact sur ton travail?

Totalement. Chaque collection est une partie de moi. Mes sentiments me conduisent. Ma vision à travers ma marque vient de mes expériences. Je montre la façon dont je vois les choses, mais c’est drôle parce que j’ai finalement réalisé que beaucoup  ont cette même vision. Et le plus fou  est de partager avec d’autres une même vision à travers des images, sans  même  parler la même langue :  Le visuel est une forme universelle d’expression.

#TEATIME | On My blog now ! All the secrets, #inspirations behind the #Uchawi N.1 | "TINO DID THE SHOOT IN KINSHASA" @tfayete is the brother of a really good friend of mine. When i found Andrea, the girl I wanted to shoot at Brussels Airlane office changing my return day « as usual »…she was about to leave the city soon. And I found out that Tino was in the city. Every morning I was standing at the same window, from there, i could see EVE-RY-THING ! From the women selling stuffs or just the neighboor walking on the street to the guy getting his haircut outside, the people cleaning clothes, breakin mangos, watchin soccers…And I get inspired by them days by days. I do, vocal notes, videos, pictures so I got memory…That how I design, how I can then do my story: The #Collection & The #Campaign . #congo #madeinafrica #magic #africa #hairstyle

A photo posted by Laëtitia Kandolo (@titiakandolo) on

Y a-t-il des matières avec lesquelles tu  n’as pas encore travaillé et que tu aimerais essayer ?

 Je ne sais pas exactement,  je change beaucoup d’avis. Le choix des tissus de cette collection est celui que je souhaitais pour pour la Collection N ° 0 mais j’ai fini par annuler. Cependant, je les ai gardé pour créer quelque chose de mieux…

Pourrais-tu nommer une chose pour laquelle tu ne pourrais te passer ?  

Mes yeux. Je n’imagine pas  être aveugle.

Nommes-moi une personne célèbre / vivante ou morte que tu inviterais à dîner et pourquoi?

Michael Jackson, parce qu’il pourrait être la raison pour laquelle mon travail est si important. Sa musique, son style, sa présence sur scène et ses visuels  ! Et le fait qu’il était capable de me toucher à travers tous ces éléments. Alors je me demande « Est-ce que je peux faire de même avec la mode, la musique et la vidéo? »

Quelles sont les plus grands challenges auxquels tu as du faire face en tant que styliste et designer ?  

Être une jeune femme. Pas être noire mais une jeune femme. J’ai commencé à 19 ans et j’ai 24 ans aujourd’hui. Beaucoup de gens continuent à me dire que je ressemble à jeune de 18 ans avec 30 ans de connaissance.

De quoi es-tu le plus fière?

Mon parcours international. J’ai travaillé avec beaucoup de mes «idoles». Je me souviens avoir envoyé un curriculum vitae pour un stage au studio de Mel Ottenberg à New York et quelques années plus tard, c’est lui qui est venu me voir! J’excelle dans mon travail et je pense que j’ai eu d’excellents enseignants.

Si tu pouvais te décrire en un mot ? Que serait-il ? 

Libre ou Rebelle. Mais les gens libres sont toujours considérés comme des rebelles, donc libre.

Et ton travail, comment le décrirais tu ? en un mot ? 

Innovant.

Parlez-moi un peu de votre dernière collection. À qui ou à quoi cela a-t-il été inspiré?

Andrew Putman (je suis amoureuse de la géométrie), les Dogon du Mali et voyager comme d’habitude! Aussi «La vie en Rose» parce que ma première collection était d’une femme qui était forte, indépendante et marchait droit. J’ai lu beaucoup récemment le livre «Lean in» de Sheryl Sandberg parle de la lutte des femmes sur le lieu de travail et en général. Les gens pensent qu’une femme forte est sans cœur, et je pense que ce n’est pas du tout vrai. Donc la même femme que j’avais pour la Collection N ° 0 revient pour vous montrer une autre facette d’elle-même, vous montrant qu’elle croit en l’amour, l’intimité et a plus de douceur. Aussi je pense que avec tout ce qui se passe dans le monde d’aujourd’hui; Les guerres, les catastrophes et attentats etc, les gens devraient aimer plus, vraiment.

#INSPIRATION | #Dogon in #Mali #africa #raphia #madeinafrica #uchawi #magic #uchawiworld

A photo posted by Uchawi (@uchawiworld) on

Comment te détends tu à la fin de la création d’une collection ?

Je ne me détends pas ! A la fin de la création et la production d’une collection, commence la communication, la vente, les clients et le service après vente…, etc Je pense que je suis plus détendue quand je suis en Afrique !

Que souhaites-tu communiquer aux autres à travers tes collections ?

Se sentir bien sans efforts mais toujours bien habillé

Pourrais-tu me dire, pourquoi tu as choisis ce métier ?

C’est la seule chose que je peux faire sans me lasser. la seule arme que j’ai pour envoyer un message réel.

Où peut on acheter des pièces Uchawi  ?

L’USHOP en ligne! www.uchawiworld.com

Quel est le meilleur conseil que tu aies reçu et de qui provenait-il?

Ne dites jamais « impossible » il y’a toujours une solution de Konca AYKAN, Rédacteur en chef  Mode de VOGUE Turquie. J’étais son assistante.

Et enfin, quelle est la seule question que tu aimerais qu’on te pose dans une interview, mais que personne ne te pose jamais ?

En fait, je déteste les interviews ! Je souhaite donc que les gens ne me posent pas de questions, mais plutôt découvre la collection (je sais que ce n’est pas possible pour l’instant). Et maintenant tout le monde va  penser que je suis bizarre ! Je sais.

Découvrez la campagne visuelle de la dernière collection  ici.

This post is also available in: enEnglish (Anglais)