Le Burkina Faso, premier producteur de coton bio en Afrique de l’Ouest est le seul pays à cultiver du coton OGM, et le deuxième au niveau du continent après la Tanzanie, qui demeure  le champion du coton bio. Soutenue par des liens à long terme entre  les producteurs et la chaîne d’approvisionnement (accord entre l’Union nationale des producteurs de coton et la marque américaine Victoria Secret), la production  burkinabè a cru de 53%.

La production africaine s’est élevée à 5899 tonnes en 2013/14, en hausse de 14% par rapport à 2012/13. Sa place est toutefois modeste dans la production mondiale, à environ 5%, selon le dernier rapport de Textile Exchange (Cf. CommodAfrica : Le coton biologique à un tournant).

Avec 3 752 tonnes, la Tanzanie demeure le premier producteur africain (63,6% de la production totale), en hausse de 11%, et avec des rendements les plus élevés (317 kilos/hectare). Elle est suivie par le Burkina Faso (14,7%), l’Ouganda (11,9%), le Bénin (7,2%), le Mali (2,2%), le Sénégal (0,4%) et Madagascar (0,1%). Alors que Madagascar est devenue en  2013/14  le septième producteur africain de coton bio, l’Éthiopie devrait très bientôt rejoindre  le club, quelque 4 600 hectares de terre étant en reconversion. Toutefois, Textile Exchange anticipe une légère baisse de la production africaine de coton bio pour 2014/15.

C’est au Bénin, que la production a enregistré le taux de croissance le plus élevé (+86%), l’Organisation Béninoise pour la Promotion de l’Agriculture Biologique (OBEPAB), le principal producteur ayant presque doublé les quantités produites. Une hausse consécutive à la progression de 50% des rendements, de 39% des superficies et de 33% du nombre d’agriculteurs, selon l’OBEPAB. En outre, souligne Textile Exchange, les producteurs auraient été attirés par les propositions de la Sonapra, dont le prix offert pour le coton Fairtrade. Toutefois, les cotonculteurs semblent  avoir été pénalisés par des retards de paiements de la part de la Sonapra ce qui devrait affecter la production en 2014/15.

Au Mali,  des problèmes de gestion interne du principal groupe de producteurs, Mobiom, y compris des retards de paiement, ont fait que les producteurs ont délaissé la culture biologique. Ainsi la production a chuté de 75% en 2013/14 avec un rendement très faible (116 kl/ha).

Au Sénégal, une nouvelle collaboration entre la société suédoise Mapro System, spécialisée dans la mécanisation agricole,  et l’Union nationale des coopératives agricoles du Sénégal (UNCAS) a lancé, en 2014,  la création  de 1 000 fermes biologiques au Sénégal, 3 500 à terme. Chaque ferme débutera avec  100 hectares où seront pratiqués l’agriculture, l’élevage et la foresterie. Le coton biologique pourrait bénéficier de ce projet.

Le coton biologique en Afrique de l’Ouest en 2013/14

Nombre de producteurs Superficie (ha) Production(tonne) Taux croissance production (%) Rendement(kilo/ha)
Bénin 2 254 1 834 424 86 231
Burkina Faso 6 860 4 256 864 53 203
Mali 1 978 1 136 132 -75 116
Sénégal NC NC 21 -1 190

Source : Textile Exchange

Publication originale de Commodafrica