Dans la continuité de l’Ethical Fashion Initiative, nous vous présentons aujourd’hui, le tissage du coton un savoir-faire traditionnel originaire du Burkina Faso : le Faso Dan Fani.

Depuis 2013, l’EFI a connecté des ateliers de tisseurs avec des maisons de mode internationales, dans le but d’augmenter les possibilités d’emploi, et de valoriser ce savoir-faire. Néanmoins, le Faso Dan Fani est une technique du tissage de coton sur des panneaux peu larges (environ 15cm de largeur). Etant une activité principalement féminine, la facilité d’utilisation des petits panneaux convenait aux tisseuses jusqu’alors.

Avec la volonté de commercialiser cette technique, un problème s’est posé : comment convaincre les femmes d’utiliser des panneaux plus larges qui conviendront mieux à la production de tissus pour des vêtements ? Car oui, les femmes n’ont pas envie de dépendre des hommes pour la réparation de leurs métiers à tisser (devrait-on faire pareil pour nos ampoules ? Hum, hum…).

Il s’agissait de les convaincre que d’avoir des panneaux de tissage plus larges serait simplement une assurance vers une augmentation d’emploi les concernant, et donc une indépendance plus forte. D’autant plus qu’une hausse de production de Faso Dan Fani, permet d’accroître le commerce de celui-ci. Un cercle vertueux qui mettra cependant quelques temps avant de s’installer comme une référence.